Autisme
  • 19 octobre 2017
  • - Commentaires fermés sur L’impossible contrainte de l’autiste, dixit Macron, par Charles Cullard
  • -

Le 6 Juillet 2017, le Président français Emmanuel Macron et sa femme Brigitte accueillent de jeunes autistes à l’Élysée dans le cadre du lancement du 4ème plan autisme. Retransmis en direct, on y voit un jeune garçon, Thomas, tentant de se rendre sur l’estrade depuis laquelle le Président de la République présente son programme en matière de handicap et notamment d’autisme.

S’adressant à ceux qui retiennent ce jeune garçon, Emmanuel Macron interpelle la salle : « Vous pouvez laisser Thomas se balader, je crois, il a adopté les lieux, de toute façon je crois que vous avez totalement échoué à le mettre sous une contrainte, et c’est sans doute très bien ainsi »[1].

Le ton doux et la force du propos méritent qu’on s’y attarde. Introduisant son discours, Emmanuel Macron souligne que « ça dit toujours quelque chose de nous la capacité à interagir, à faire, à laisser une place, à concevoir autre chose qu’une espèce d’hyper normativité de nos organisations, de comportements ».

Témoignage en acte s’il en est du président de la République, sa position rejoint en matière d’handicap l’adage freudien extrait du célèbre texte de 1937, « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin ». Freud y relève que « gouverner, éduquer, analyser » sont des métiers dont les résultats sont « voués à l’échec », quand Lacan lui, note la dimension d’impossible qu’ils recouvrent.

C’est l’impossible du plan face à l’hétérogénéité du réel de la clinique, que Macron ne manque pas de noter : « Le problème du plan, c’est qu’il est souvent homogène, la vingtaine de jeunes avec qui j’étais suffi à démontrer qu’il n’y a aucune homogénéité, aucune, sur le plan du langage, du comportement, et donc les réponses sont multiples, et ils le savent très bien, leurs éducateurs le savent, les familles le savent ».

Gageons que dans les concertations à venir, la position du président ne reste pas lettre morte et puisse être entendue par ceux qui souhaitent éduquer l’autiste contre son gré.

 

Charles Cullard est psychologue clinicien, co-fondateur de La Marmaille, dispositif d’accueil temporaire pour autistes, il participe au Collectif de praticiens auprès d’autistes et au GRA (Groupe Recherche Autisme) à Rennes2.

[1] https://www.youtube.com/watch?v=jidSqbfM-Uk